Les crèmes solaires 101 : Quoi éviter

Les crèmes solaires 101 : Quoi éviter

Le beau temps et les chaudes journées ensoleillées approchent à grands pas! Bientôt, les crèmes solaires deviendront un achat indispensable, surtout lorsque l’on sait que le cancer de la peau est le type de cancer le plus répandus au Canada. Avoir une bonne protection solaire est essentiel. Mais de plus en plus, on entend parler de certains ingrédients plus controversés que contiennent les crèmes solaires. Alors, savons-nous vraiment quels sont les ingrédients qui les composent?

Deux types de filtres solaires

Les crèmes solaires contiennent des filtres solaires qui absorbent les rayons ultraviolets : ceux-ci sont physiques et chimiques. Certains écrans contiennent un seul de ces filtres alors que d’autres ont les deux. Les filtres physiques, appelés aussi organiques ou minéraux, sont en fait des poudres minérales sous forme de nanoparticules (comme de l’oxyde de zinc ou du dioxyde de titane) qui agissent en tant que barrière à la surface de la peau, donc qui ne pénètrent pas dans les tissus. L’oxyde de zinc serait plus efficace et stable que le dioxyde de titane lorsqu'ils sont exposés au soleil.

Et les nano-particules la dedans?

Les crèmes solaires dites sans-nanoparticules peuvent contenir des particules un peu plus grosses, mais elles restent des nanoparticules au sens large du terme. Les nanoparticules posent un risque pour la santé si on les inhale. Selon les connaissances actuelles, plus les particules sont petites, plus elles peuvent être affectées par les rayons du soleil et former des radicaux libres dommageables pour peau. Donc le mieux serait d’éviter les sprays et optez pour des crèmes. On peut aussi supposer que les formules sans nano-particules contiennent des minéraux plus gros et donc plus stables lorsqu’ils sont en contact avec les rayons UV.

Les filtres chimiques, moins efficaces et plus risqués

Pour ce qui est des filtres chimiques, ils permettent de réduire la quantité des rayons UV sur la peau.
Le hic : les filtres chimiques sont absorbés et pénètrent directement dans la peau et peuvent ainsi se retrouver dans le sang, l’urine ou le lait maternel. Ils suscitent le plus de débats puisque certaines recherches ont démontré que certains sont en fait des perturbateurs endocriniens. C’est vers cette conclusion que tendent les résultats d’une étude danoise. En testant 29 des 31 filtres UV chimiques qui sont autorisés dans les crèmes solaires en vente libre aux États-Unis ou dans l’Union européenne, ces chercheurs ont découvert que 13 de ces 29 filtres, soit 45%, interfèrent avec la fonction cellulaire du sperme. L’exposition humaine à certains filtres UV chimiques peut altérer la fertilité en interférant avec la fonction des spermatozoïdes. En somme, ces chercheurs recommandent d’autres études pour confirmer leurs résultats et mieux cerner l'influence des filtres UV chimiques sur la fertilité humaine.

Quoi éviter?

Lorsque nous, les consommateurs, nous apprêtons à choisir notre crème solaire, que devons-nous regarder sur le contenant? Quels sont ces filtres chimiques qui sont à surveiller?

Nous pouvons en citer quelques uns comme:

  • L’oxybenzone (ou benzophénone-3, 2-hydroxy-4-méthoxybenzophénone), un ingrédient qui est facilement absorbable dans le corps en plus d’agir comme un activateur, favorisant l'absorption d’autres ingrédients et filtres chimiques dans la peau. Pouvant causer des allergies et réactions cutanées, il est surtout identifié comme un perturbateur endocrinien, car il agit comme l’œstrogène dans le corps ou alors affecte la production de sperme (dans les recherches effectués sur des animaux). 
  • L'octinoxate est aussi identifié comme un perturbateur endocrinien, pouvant altérer le système reproducteur et la thyroïde, en plus d’avoir un potentiel allergénique.
  • Pour sa part, bien qu’il s’avère être un faible perturbateur hormonal, l’homosalate demeure tout de même inquiétant puisque cet ingrédient chimique que l’on retrouve dans certains écrans solaires se décompose en plusieurs sous-produits nocifs au contact des rayons du soleil. 
  • Finalement, on peut penser à l’avobenzone, présent dans une majorité d’écrans solaires aux États-Unis. Ce filtre chimique qui offre la meilleure protection UVA des filtres chimiques, n’est pas considéré comme un perturbateur endocrinien, en plus d’avoir un potentiel d’absorption limité dans la peau. Par contre, il peut causer des réactions allergiques cutanées.

Protégez-vous!

Au final, le but n’est pas de ne plus se protéger à l’aide d’écrans solaires lors de nos expositions au soleil. Il faut plutôt savoir et être conscient de ce qui les compose pour faire les meilleurs choix pour notre santé. En résumé, optez pour des crèmes plutôt que les écrans solaires à vaporiser, celles qui contiennent des filtres physiques et pour des crèmes avec de l’oxyde de zinc plutôt que le dioxyde de titane! Surveillez l'indice UV et couvrez-vous: bon été!

Découvrez toutes nos crèmes solaires et produits d'été! Voici 2 nouveautés, très appréciées. 


Sources utilisées

  1. Dominique Sémery, « Les crèmes solaires », Légitime dépense, émission du 17 janvier 2011, Télé-Québec, [En ligne], http://legitimedepense.telequebec.tv/occurrence.aspx?id=186 (page consultée le 10 avril 2018). 
  2. Anders Rehfeld, Dorte Egeberg, Kristian Almstrup, Jorgen Holm Petersen, Steen Dissing, Niels Erik Skakkebaek, « EDC impact: Chemical UV filters can affect human sperm function in a progesterone-like manner », Endocrine Connections, volume7, numéro 1, 2018, p. 16-25. 
  3. Environmental Working Group (EWG), « CDC: Americans carry body burden of toxic sunscreen chemical », [En ligne], https://www.ewg.org/research/cdc-americans-carry-body-burden-toxic-sunscreen-chemical#.WtUAOYjwbIU (page consultée le 16 avril 2018). 
  4. Environmental Working Group (EWG), « The trouble with ingredient in sunscreens », [En ligne], https://www.ewg.org/sunscreen/report/the-trouble-with-sunscreen-chemicals/#.WtZ044jwbIU (page consultée le 17 avril 2018). 
  5. EWG’s Skin Deep, « Octinoxate », [En ligne], https://www.ewg.org/skindeep/ingredient/704203/OCTINOXATE/#.WtZK2YjwbIU (page consultée le 17 avril 2018). 
  6. EWG’s Skin Deep, « Homosalate », [En ligne], https://www.ewg.org/skindeep/ingredient/702867/HOMOSALATE/#.WtZNJ4jwbIU (page consultée le 17 avril 2018). 
  7. EWG’s Skin Deep, « Avobenzone », [En ligne], https://www.ewg.org/skindeep/ingredient/700596/AVOBENZONE/# (page consultée le 17 avril 2018).

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Les commentaires sont modérés